+ 33 (0) 9 70 26 00 00 contact@mixxit.net
Roaming ou frais d’itinérance, l’impact sur vos factures

Roaming ou frais d’itinérance, l’impact sur vos factures

Quand suis-je en situation de roaming  ?

Rappelons tout d’abord, que le roaming concerne les appels téléphoniques et la connexion internet depuis le réseau mobile (GSM).
Vous êtes en roaming (itinérance internationale) lorsque vous quittez le réseau de l’opérateur mobile de votre carte SIM.
C’est le cas à l’international ou votre opérateur mobile français ne dispose pas de son propre réseau ; dès lors vous payez les appels reçus et vos appels sont facturés hors forfait à des tarifs jusqu’à 10 fois le prix d’une communication vers cette même destination depuis votre fixe.
Il en est de même pour l’accès internet depuis votre carte SIM « 3 ou 4G » qui coûte également beaucoup plus cher.

Roaming ou appels internationaux ?

Lorsque depuis votre « pays d’origine » (la France), vous appelez un n° à l’étranger, l’appel est facturé plus cher que depuis votre fixe.
Il ne s’agit pourtant pas de roaming, mais d’un appel international puisque vous utilisez le service de votre opérateur mobile sur son réseau propre.

Qui paie quoi ?

Peu importe ou vous trouvez, celui qui vous appelle (en zone UE) ne supporte aucunement les frais de roaming qui dépendent de votre localisation. Votre correspondant sera facturé d’un appel « France Mobile », le plus souvent compris dans son offre « illimité ».

C’est donc celui qui reçoit l’appel qui paie dans tous les cas, aussi bien en réception que lors de l’émission d’un appel.

Avec l’Eurotarif, le roaming est-ce vraiment fini ?

Les tarifs à l’intérieur des pays de l’union européenne sont encadrés et on de fait fortement baissé, mais nous ne sommes pas encore arrivé au prix d’un appel local.
Par ailleurs, si une bonne partie des échanges se font entre les pays de l’UE, il reste l’Afrique, l’Asie et les 2 Amériques  qui représentent autant de débouchés commerciaux avec de fortes croissances.
Pour ces destinations, le tarif des communications atteignent de 1€ et jusqu’à 6€/Minute.

Existe-t-il des solutions ?

Pour l’accès internet, utiliser un point d’accès wifi ; dans ce cas là ce n’est pas l’accès xG votre carte SIM qui est utilisé mais le point d’accès Wifi (AP ou Access Point).
Pour vos communications téléphoniques  vous pouvez utiliser une des nombreuses applications de voix sur IP (voip) mais le problème réside dans la perte de votre numéro de téléphone.
Vous utilisez alors un identifiant spécifique à l’application,et devez avec votre correspondant, utiliser la même application.

Pour supprimer le roaming et conserver le service de téléphonie, la seule solution est d’utiliser une carte SIM d’un opérateur du pays de séjour.
Vous devez vous procurer une carte SIM « prépayée » et veillez à conserver un crédit suffisant pour pouvoir communiquer.
Et pour vous joindre, vos correspondants doivent connaitre le n° de téléphone temporaire utilisé, à la fois pour vous reconnaitre à réception d’un appel de votre part, et consentir à composer un numéro de téléphone international, et donc payer pour vous joindre.
Si le nombre de vos contacts est limité et vous sont proches, cela peut se concevoir, mais pas dans un environnement professionnel.

A savoir : Le roaming entrant qui vous est facturé à la réception d’un appel, est toujours beaucoup moins cher que le roaming sortant lorsque vous émettez un appel => Sans autre possibilité , faites vous rappeler !!

Mixxit a développé une application professionnelle qui permet aux itinérants internationaux de communiquer sans roaming voix ou data.
Vous conservez l’usage de votre numéro téléphonique connu de vos contacts, et continuez à utiliser votre smartphone préféré.   

Découvrez notre solution ici  

Disposer de plusieurs numéros dans un seul téléphone ?

Disposer de plusieurs numéros dans un seul téléphone ?

Limité à quelques modèles proposés par des constructeurs spécialisés sur ce marché, les offres de téléphones dual-SIM ou multi-SIM se généralisent, car ils répondent à de véritables besoins.
Mais différentes solutions existent et un tour d’horizon s’impose.
Cet article a pour objectif d’apporter quelques explications sur les applications possibles et à quels usages répondent ces équipements et leurs limites.

Plusieurs sims dans un seul mobile

Avant que les constructeurs ne s’emparent du marché des multi-sim, quelques solutions permettaient déjà de transformer un téléphone mono-sim en multi-sim.
L’essor vient sans doute de ce que la gestion multi-sim est désormais supportée par Android à partir de la version 5, alors que précédemment chaque constructeur devait développer avec plus ou moins de brio, le pilotage de la gestion des SIMs.

Pour les possesseurs d’IPhone, l’adaptateur reste la seule solution possible tant que le constructeur ne proposera pas le dual/multi sim.

Quel soit la solution utilisée, faites attention au format de carte SIM accepté par l’adaptateur ou le téléphone.images

Adapteur SIM La SIM peut être au format classique des débuts ,mais de plus en plus au format mini ou micro. Désormais de nombreux opérateurs livrent leurs sims au triple format, sinon vous devrez au besoin utiliser un « découpeur » de carte sim.

Téléphone multi-sim ou adaptateurs ?

L’idée nous semblait intéressante en permettant de transformer le mobile de son choix en téléphone multi-sim, mais a ce jour pour avoir testé quelques solutions d’adaptateurs qui semblaient prometteurs, nous n’avons pas été convaincu.
Mise en place complexe et délicate à installer pour les solutions « nappes », ou fiabilité faible pour les add-ons

m-communication-visuels-goodtalk-iphone6sm-communication-visuel-4187tywzhvl-_ac_ul160_sr160160_

  • Présentation sous la forme de « nappe » dans laquelle il fallait réussir à glisser la/les carte(s) SIM  supplémentaire, et à réussir à faire tenir dans le mobile, et qui ressemblait à de la « bidouille » d’une manipulation fastidieuse.
  • Boitier communication par bluetooth avec le smartphone d’une fiabilité hasardeuse ou d’une autonomie limitée

Certains adaptateurs ne permettent pas d’activer simultanément les SIMs, ce qui en limite l’intérêt.

Choisir son smartphone dual sim

m-communication-visuels-jxd-p200m-smartphone-with-5-3-inch-800-x-480-multi-touch-screen-android-4-1-mtk6515-1-0ghz-wifi-fm-bluetooth-dual-camera-dual-sim-card-dual-standby_4

Smartphone double sims

A quelques exceptions près qui en contiennent 3 voir 4, la plupart des terminaux, qu’ils soient de « simple » GSM ou des smartphone, sont des double SIM ou Dual SIM.
Des constructeurs se sont tout d’abord positionné sur ce marché du multi-sim, tels Wiko, Huawei, Asus.. pour ne citer que les plus connus, avant que les acteurs
« généralistes » ne s’y intéressent également comme par exemple Samsung, Sony…
L’intégration native du multi-sim par le système d’exploitation Android à sans doute dynamisé le marché, et le choix restreint il y a peu, est désormais beaucoup plus étendu avec des performances de bon niveau.
Au delà des performances ou autres critères tel le prix, un paramètre à prendre en compte pour bien choisir son smartphone, est l’interface de gestion et les possibilités de réglage de l’activation de ses SIMs .

Plusieurs SIMs pourquoi faire ?

Utiliser le même opérateur que son correspondant pour payer moins cher

Dans de nombreux pays, le cout d’un appel mobile d’un opérateur vers un autre même s’il est du même pays, revient nettement plus cher.
C’est notamment le cas dans les pays en développement ou dont les télécommunications ne sont pas encore « dérégulées ».
Ainsi en disposant d’un SIM de chacun des principaux opérateurs ou « MNO » présents, permet de sélectionner la SIM à utiliser lors d’un appel.
Comme le plus souvent les premiers chiffres du numéro de téléphone permettent d’identifier l’opérateur, vous pouvez alors choisir la SIM de votre téléphone pour appeler en restant sur le même opérateur que celui de votre correspondant pour payer le tarif le moins cher.
Bien entendu, dans les pays ou la portabilité du numéro a été mise en place, il n’est plus possible de reconnaitre les numéros qui peuvent changer d’opérateur.
Mais comme la portabilité est la dernière étape de la dérégulation, les opérateurs alignent généralement leurs prix et cette opération n’a plus beaucoup d’intérêt.
C’est ce qu’il s’est passé en France et plus généralement dans les pays ou, avant la fin de la dérégulation, les appels de fixe à mobile ou de mobile à mobile d’un autre opérateur étaient plus cher, ce qui n’est désormais plus le cas. Les tarifs sont désormais pratiquement les mêmes.

Séparer ses appels professionnels et privés

C’est l’utilisation la plus courante : en installant votre SIM privée et l’autre professionnelle, vous pourrez recevoir les appels de vos 2 n°s sur le même appareil.
Il est évidemment plus pratique de regrouper ses appels sur un seul téléphone plutôt que devoir en transporter 2.
Par contre cela ne résoud pas la réception des appels de vos numéros fixes professionnels de votre bureau.
Vous pouvez effecturer un renvoi d’appels de votre fixe vers votre mobile. Il vous faut alors être devant votre téléphone fixe pour activer et désactiver le renvoi de vos appels en tapant une commande à base de code, # et * en indiquant le numéro vers lequel renvoyer les appels. Tous vos appels vous seront renvoyés, même ceux que vous ne souhaitez pas recevoir, et votre facture fixe peut considérablement s’alourdir.
De plus il vous faudra gérer l’afflux d’appels alors que vous devriez pouvoir définir les priorités, et suivant votre disponibilité et l’heure de la journée, recevoir vos appels privés et/ou professionnels.

Tous vos numéros de téléphone fixe et mobile, moins d’abonnement et plus de services

Dans ce cas, ne serait-il pas l’idéal de pouvoir disposer de tous les numéros de téléphones en ne payant qu’un seul abonnement mobile?
En effet, le plus souvent les utilisateurs disposent d’un abonnement mobile « grand public » à titre privé et d’un numéro mobile dont l’abonnement est pris en charge par la société.
Les opérateurs facturent plus chers les abonnements professionnels que ceux souscrits à titre privé. Le but ici n’est pas de faire le procès des opérateurs mais de se placer du côté du consommateur pour proposer des solutions économiques, pratiques et efficaces.

Découvrez ici une application qui transforme le smartphone en standard téléphonique mobile évolué et ne nécessite qu’une carte SIM.

Utiliser une sim locale pour réduire le coût du roaming

Les grands voyageurs ou itinérants internationaux connaissent bien ce phénomène appelé  » bill shock » à leur retour de voyage à l’étranger.
Lorsque vous êtes à l’étranger, et que vous n’êtes plus couvert par le réseau de votre opérateur « domestique », celui-ci utilise le réseau d’un opérateur local avec lequel il passe un accord de « roaming »
Vous payez vos communications en itinérance internationale, dont les tarifs n’ont rien à voir avec le prix d’un appel local et votre facture s’envole.
De même en ce qui concerne l’accès internet mobile dont les tarifs deviennent prohibitifs.

2 téléphones ou double SIM un choix d’usage

Si vous voyez au moment d’atterrir des personnes jonglant avec leurs cartes SIMs ou avec 2 téléphones à la main, ce ne sont peut être pas des « geek » ou pour la « frime », mais plutôt des  voyageurs économes et connaissant les conséquences de leurs déplacements sur leur facture de téléphonie mobile.
Moyennant l’effort de manipuler 2 téléphones, ils savent que la seule façon de s’éviter de mauvaises surprises, est de communiquer avec une SIM locale du pays de séjour.

Pour un usage privé, et si vous voulez déconnecter d’internet sans vous couper totalement, un simple « GSM » suffit pour passer vos appels locaux. Vous utiliserez alors une sim permettant uniquement les appels téléphoniques.
S’il s’agit d’un voyage professionnel, rester joignable et connecté aux applications est une nécessité, aussi les voyageurs doivent conserver leur téléphone domestique pour recevoir les appels depuis leur numéro « domestique » connu de leurs clients, et la sim locale leur permettant de communiquer en local.
Avec un smartphone et une sim disposant de la voix et de la data, l’accés à l’internet est au tarif local et donc sans roaming.
En résumé : un deuxième téléphone « basic » pour ceux qui veulent uniquement téléphoner, ou un smartphone pour ceux qui souhaitent également rester connectés à l’internet.
Evidemment, comme pour la séparation Privé/Pro, plutôt que de jongler d’un téléphone à l’autre, le smartphone double SIM permet de conserver votre carte SIMs habituelle et d’insérer une sim locale à votre arrivée à destination.
Pour en savoir plus sur le roaming, ses conséquences et les solutions proposées, découvrez notre article traitant du sujet ici

Un double SIM mais aussi avec votre téléphone mono sim actuel

A l'étranger sans roamingSi vous avez installée notre application et utilisez l’application No Roaming de Mixxit avec une sim locale insérée dans votre smartphone habituel monoSIM, vous continuerez à appeler et recevoir vos appels avec votre numéro habituel.
Vous pourrez ainsi bénéficier d’une connexion internet et d’appels au tarif local sans aucun roaming.

Vous recevez alors les appels provenant de votre 06/07 habituel au tarif local sans roaming

Vous appelez l’international en affichant votre numéro connu de vos clients, et toujours sans roaming

Seuls les SMS ne peuvent pas être transférés, alors que vous les recevrez si vous conservez votre  SIM habituelle dans un téléphone disposant de 2 emplacements.

Nous espérons que ces informations vous auront été utiles, et pour nous permettre d’améliorer celui-ci vous invitons à nous adresser vos commentaires et informations.

2 bonnes raisons d’utiliser l’une des 4 fonctions de transfert mobile

2 bonnes raisons d’utiliser l’une des 4 fonctions de transfert mobile

 

Perte de sang froid..

Perte de sang froid ?

Lassé d’attendre une réponse pendant que votre téléphone fixe sonne dans le vide, vos clients et partenaires vous appellent directement sur
votre mobile.
Le collaborateur itinérant est alors bien seul avec son mobile et doit faire face à un flux d’appels pas toujours prioritaires qui lui parviennent sans filtre au fil de l’eau sans tenir compte de ses activités en cours; réunion, sur la route…..

Il existe certaines fonctions pas toujours très accessibles mais pourtant bien pratiques pour améliorer votre expérience utilisateur.
Même si ces fonctions de transferts d’appels proposées par le réseau GSM sont limitées, elles peuvent toutefois vous aider à mieux maitriser la réception de vos appels …

(suite…)

Le saviez-vous?

Le saviez-vous?

Le premier téléphone portable fêtait ses 40 ans en avril dernier.

C’est le 3 avril 1973 que Martin Cooper passait le premier coup de fil depuis un téléphone portable.

Ingénieur chez Motorola, c’est à New-York qu’il utilisa pour la première fois l’appareil, surnommé «la botte» à cause de sa forme, ou «la brique», à cause de son poids et qui pesait plus d’un kilo, faisait 22 centimètres de long et sa batterie mettait 10 heures à charger pour 35 minutes de conversation…

Quelques chiffres

Quelques chiffres

Les principaux acteurs de la téléphonie en France : Bouygues Telecom, Orange, SFR et Free Mobile détiennent environ 90% du marché.
En mars 2008, les opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) représentaient 4,98 % des parts de marché.
En décembre 2012, ils représentaient 10,9 % du marché en métropole.
En 1994 : 0,28 millions de clients, taux de pénétration de 0,4% de la population a une ligne active
En 2012 : 73,1 millions d’utilisateurs au 31 décembre 2012, soit une hausse de 6,6% sur un an,
Taux de pénétration de 112,1% (plus de 112 abonnements pour 100 habitants, tous âges confondus). Le temps de communication en téléphonie mobile (appels émis) est passé d’environ 24 milliards de minutes au troisième trimestre 2007 à 29,7 milliards de minutes fin 2012, soit environ 2 h 40 d’appels émis par mois et par abonné.Le nombre de SMS émis atteint, fin 2012, 49,1 milliards de messages par trimestre, soit environ 250 SMS émis par mois et par abonné.
 Sources : l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP)

La téléphonie mobile, outil privilégié pour l’accès à internet dans les pays en voie de développement.

La téléphonie mobile, téléphone portables et smartphones sont toujours en tête des utilisations mais de plus en plus de personnes possèdent un ordinateur et surfent sur Internet.

Technology-Report-24

Source PewResearchCenter

La téléphonie mobile et les smartphones majoritaires pour l’accès à internet

Le centre de recherches américain PEW, le PewResearchCenter, a mené une étude, en janvier 2104, portant sur plus de 32 pays en voie de développement au sujet de l’influence d’internet dans ces pays et de leurs usages numériques et des technologies les plus utilisées.
Il en ressort que l’accès à Internet est très différent parmi ces 32 pays émergents et que les taux les plus bas d’utilisation d’internet se trouvent en Asie du Sud et dans les pays de l’Afrique sub-saharienne.

Age, éducation, santé, revenus et langue anglaise

C’est le smartphone qui est le plus largement utilisé, bien avant les lignes fixes ou le satellite. On voit également que cet accès est conditionné par d’autres facteurs tels que l’éducation, la jeunesse, la possession d’un ordinateur, la santé et la connaissance de la langue anglaise. Ces utilisateurs sont beaucoup plus avantagés par rapport à cet accès internet.
Comme on pouvait également s’y attendre, l’usage d’internet parmi ces 32 pays en voie de développement est extrêmement variable.
Seulement 11% des habitants utilisent internet au Bangladesh et 8% au Pakistan et pour un accès très intermittent alors qu’ils sont 76% au Chili, contre 73% en Russie ou 60% en Chine, au Venezuela ou au Liban. Les pays africains sont 20 à 30 % à avoir un accès intermittent à internet.
La plupart des utilisateur sont jeunes, entre 18 et 34 ans et les plus grande disparité dues à l’âge se retrouvent en Asie. Par exemple,en Thaïlande, 83% des jeunes sont connectés contre seulement 27% de la population plus âgée.
Pew fait apparaître dix faits au sujet de l’usage de la technologie dans ces 32 pays en voie de développement.

  • Presque personne au Nigeria, Ghana, Bangladesh et Ouganda n’a de ligne fixe téléphonique.
  • Les Chinois adorent acheter en ligne. Plus de 50% d’entre eux ont utilisé internet pour faire des achats en ligne dans les 12 derniers mois.
  • Les Philippins adorent les réseaux sociaux. 93% des adultes disent utiliser des réseaux comme Facebook ou Twitter. C’est le plus important pourcentage mondial, loin devant les 74% d’américains qui utilisent ces mêmes réseaux.
  • En Inde et au Bangladesh, les réseaux sociaux servent principalement à la recherche d’emploi.
  • Les jeunes Thaïs sont des utilisateurs enthousiastes d’internet. 83% d’entre eux sont connectés.
  • Les trois quarts des Libanais utilisent les réseaux sociaux et internet pour parler de politique. C’est la même chose en Egypte (66%) et en Jordanie (63%).
  • Les Ukrainiens s’informent de la politique en ligne plutôt que dans les autres médias.
  • Près de 80% des Russes ont un ordinateur chez eux.
  • Les Vénézuéliens adorent prendre des photos et des vidéos avec leurs portables.
  • Les Polonais (64%), particulièrement les femmes (72%), cherchent des informations médicales en ligne.